DHTML JavaScript Menu By Milonic



Afrique, Berceau de L'Humanité
La JMCA, Journée Mondiale de la Culture africaine, officiellement adoptée par les écologistes africains

Par Informations sans Frontières - 08/04/2019 (MIS À JOUR à 23:50)

Le RAPEC (Réseau africain des Promoteurs et Entrepreneurs culturels), porteur de la JMCA, journée mondiale de la culture africaine, connait un essor constant puisque les partis verts africains (Les Ecologistes d'Afrique) adoptent officiellement l'idée de rendre hommage à l'Afrique, Berceau de l'Humanité, chaque 24 Janvier. Une belle avancée pour le vivre ensemble à l'échelle du continent, et pour une célébration elle-même promise à un bel avenir.

C’est une bonne nouvelle pour l’Afrique. L’adoption officielle, ce 25 mars 2019, par les partis verts africains de l’idée de rendre hommage à la culture sur l’ensemble du continent et au delà. Chaque 24 janvier, date anniversaire de la Charte de la Renaissance africaine, la JMCA, Journée Mondiale de la Culture Africaine est désormais fêtée de manière toujours plus large. Le conseil exécutif de la « FeVa », Fédération des Verts Africains, et l’ « AGF » la African Green Federation, réuni à Kigali en marge du Green Forum de Suède, ont tenu à répondre positivement à l’idée d’adopter et de concourir au succès de la JMCA.

Cette coopération qui s’ouvre devrait contribuer au rayonnement de l’Afrique et permettre des actions culturelles marquantes. C’est l’heure de converger de toutes parts du continent afin de rallier les endroits où seront organisés des événements, dès le premier 24 janvier à venir, à savoir en cette année 2020 qui va amener les initiateurs à associer la diaspora africaine en Amérique du Sud pour la première fois à la célébration de la JMCA.




L'ONG RAPEC, d’ailleurs, livre actuellement un autre combat important. Il cherche à renforcer la cohésion et la stabilité à l’échelle de l’Afrique. Pour cela, il créé aujourd’hui les « prix Kékélis », Kékéli qui veut dire en ewe, une des langues parlée au Togo, au Benin et au Ghana, ce terme désigne effectivement la lumière. Un prix qui récompense précisément des acteurs valeureux et efficaces, africains ou internationaux, ayant très fortement contribué au vivre ensemble, au rapprochement entre les peuples et à la paix, à travers par exemple un travail de diplomatie culturelle ou bien des projets portés par des entreprises citoyennes.

Le Rapec coordonne un grand nombre d’événements culturels. Il centralise les propositions qui lui sont faites en la matière et permet l’organisation de célébrations à travers sa charte, véritable mode d’emploi et caisse à outils, destinée à reprendre la JMCA, dans toutes les villes et centres culturels qui le souhaitent. Les éléments de cette organisation sont à retrouver sur le site rappel.org ou JMCA.in. Un essaimage qui prend de l’ampleur actuellement puisque l’édition 2019 de la JMCA a donné lieu à de nombreuses célébrations.

« Rien n’est plus fort qu’une idée dont l’heure est venue » disait le grand écrivain français Victor Hugo. On peut se réjouir de voir cette dynamique africaine avancer résolument. La JMCA est l'idée de John Ayité dossavi, Fondateur du RAPEC, qui est devenue tout simplement une des meilleures initiatives inclusives du continent africain. Basée à Paris, l’ONG échange incessamment avec les différents centres d’activités culturelles et ses représentants de plus en plus présents à travers le monde, portent cette initiative salvatrice, dont on peut comprendre et la nécessité et la pertinence. L’écologie est un sujet important. Il doit nécessairement inspirer les esprits et donner lieu à des traductions concrètes, susceptibles de transformer et d’adapter la société africaine pour la prémunir des dangers qui peuvent peser sur elle.

La culture est un vecteur idéal de cette compréhension et de l’essor d’une capacité d’action. C’est pourquoi cette alliance est à ce point fondamentale. Elle est l’association de deux univers qui doivent nécessairement faire le meilleur usage de leur complémentarité naturelle afin de démultiplier les possibilités d’intervention publiques. L’urgence climatique est une question éminemment importante. Il est crucial que tous les acteurs soient informés, mais que puisse aussi évoluer une vie qui foisonne d’initiatives culturelles riches. Problématiques nécessairement liées. Qu’il nous faudra affronter et résoudre…




8 Avril 2019

Le Site du RAPEC

Retour à la Culture

Retour au Sommaire


 INFORMATIQUE SANS FRONTIERES








































































 Informations sans Frontières • http://www.informationssansfrontieres.com • contact@informationssansfrontieres.com • Mentions Légales • Contact • Equipes • ISF • Paris • France • Europe